Généalogie des MaLiBeLe
Les ancêtres ont fait ce que nous sommes. Mieux les connaître, c'est donc mieux nous connaître.
La citation du jour
En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d'être heureux.  (Marc Aurèle)
La réflexion du jour
L'esprit seul ne peut concevoir que des concepts sans intérêt. Le corps seul ne peut aucun exploit. C'est leur association qui fait que l'homme est différent.
Activités
bénévole - geek - cycliste (cyclotouriste) - généalogiste - photographe - collectionneur - écrivain - enseignant - Diverses informations
Les mots clés
Le monde de l’astronomie * le monde des associations * le monde agricole * le monde du langage * le monde de l’école * Le monde des sciences et de la vie
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

Les carrières, du tuffeau au champignon

Mots clés : généalogiste , Loir-et-Cher (41) , vieux métiers

samedi 8 août 2020


Le champignon investit les grandes galeries perçant les coteaux du Loir.

Châteaux et belles demeures mais aussi habitations plus simples ont été, au fil des siècles, très gourmands en pierre de tuffeau. Un matériau pour le moins vernaculaire très présent dans les coteaux bordant de Loir.

Percé de très nombreuses carrières creusées au cœur du calcaire à grain fin d’un blanc velouté, le coteau devient, en plusieurs sites, un véritable dédale de galeries enfoncées profondément sous le sol. À l’instar des caves et autres cavités, la constante de la température et de l’hygrométrie présente de nombreux avantages.

Exploitées dès le XVe siècle, ces carrières particulières se trouvent tôt ou tard privées de « filon » exploitable. Un déclin encore accentué à la fin du XIXe siècle par l’évolution des matériaux de construction. Mais, pas question de laisser vacants ces espaces qui ont demandé tant d’effort et de sueur !

Une fois de plus, l’imagination humaine se met à l’ouvrage. Bien sûr, certaines cavités sont reconfigurées en habitations, procurant une protection certaine contre le froid par exemple. Logiquement également, les galeries sont utilisées pour stocker du vin. Mais, la myciculture y trouve aussi toute sa place avec bonheur.

Le champignon de Paris est cultivé dans les sous-sols de la capitale et des banlieues environnantes, à grande échelle, depuis le XVIIIe siècle et connaît un vif succès auprès des consommateurs. Pourtant, à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, sa production est remise en cause par un concurrent de taille : le métropolitain ! Cela tombe à pic pour nos « troglos » qui offrent un asile de choix à l’agaricus bisporus à la blancheur ambrée rappelant le tuffeau l’ayant précédé.


Voir en ligne : L’article original dans la Nouvelle République du Centre Ouest du 06/08/2020


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.