Le tourisme à vélo
D'abord du tourisme à vélo mais aussi du vélo au quotidien comme un art de vivre.
La citation du jour
Ce n'est pas que j'ai peur de la mort. Je veux simplement ne pas être là quand elle arrivera.  (Woody Allen )
La réflexion du jour
Ne pas avoir peur de la mort n'empêche pas d'appréhender le passage de la vie à la mort.
Activités
geek - cycliste - généalogiste - Savoir - lecteur - collectionneur - Philosophe - citoyen - marcheur - scripteur - Photographe - instituteur - enseignant en sciences - enseignant formateur - journaliste local - bénévole
Les mots clés
RSNCT * CNF * Codep41 * Coreg-CentreVdL * FFCT * BPF * Nouan-Rando * Techno-vélo * ERVé * cyclotourisme * vtt * Itinéraires * Vélo-infos * Cyclo-réflexion * la FFCT * Semaine fédérale * Semaine jeunes * En randonnée * Cyclo-récits * Séjours à vélo * vélo-histoire
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

Wikipedia : Randonnée àvélo

Mots clés : cycliste , Wikipedia , Cyclo-réflexion

vendredi 1er avril 2016 , par Roland


Page réalisée dans le cadre du wikiMOOC en mars 2016. Suite aux remarques, une grande partie a été supprimée pour la publication effectuée le 30 mars 2016 afin de supprimer l’aspect guide. Il reste encore àce jour toute l’internationalisation àfaire.

La randonnée àvélo est l’activité principale pour tous ceux qui pratiquent le tourisme àvélo ou cyclotourisme. Mais, àcontrario, le cyclotourisme ne se limite pas àla randonnée àvélo. Comme son nom l’indique, l’activité se pratique àbicyclette (le mot vélo est plus générique et ne se limite pas aux engins àdeux roues en ligne). Elle ne se limite pas àla randonnée sur route ou àVTT

La randonnée àvélo date du vélocipède puisque les frères Olivier ont réalisé le premier voyage àvélo en aoà»t 1865 [1], [2]. 2015 a vu la reconstitution de ce voyage àvélo en tenue d’époque avec des vélocipèdes extraits des collections des participants.

Le voyage àvélo est une "extension" de la randonnée àvélo puisqu’il s’étend sur plusieurs journées consécutives. Quant au vélo-tourisme, il est l’expression d’un « groupement de professionnels et de collectivités territoriales soutenus par l’État pour promouvoir le tourisme àvélo en France  » [3] et est donc directement lié àl’économie touristique àvélo.

23 à25 millions de français de 4 ans et plus - soit 40% de la population déclarent avoir une pratique régulière du vélo. [4], [5], [6]" alors qu’il y a seulement 580 000 affiliés àune fédération [4]. 30 à36% déclarent utiliser le vélo comme moyen de déplacement [7]. Si 17 millions ont une pratique utilitaire (dont 3 millions quotidiennement), plus de 20 millions ont une « pratique de loisirs et d’excursions  » [8]. Ils pratiquent donc la randonnée àvélo.

 Qu’est-ce qu’une randonnée àvélo ?

La randonnée àvélo n’est ni utilitaire (faire les courses, se déplacer, vélo en ville...) ni àbut professionnel (aller au travail àvélo ou "vélotaf" ou utiliser son vélo pour le travail comme les livreurs ou les "cyclo-plombiers" par exemple). C’est uniquement la pratique du vélo de loisirs pour une durée ne dépassant pas une journée, généralement seul ou en groupe plutôt familial. La randonnée àvélo fait donc partie du cyclotourisme comme d’autres pratiques. Le voyage àvélo est une extension de la randonnée àvélo puisqu’il consiste àrandonner àvélo pendant plusieurs jours consécutifs. En voici quelques-unes :

  • balades àvélo (la forme basique du vélo de loisirs),
  • en boucle ou en ligne (cyclotouriste occasionnel),
  • longue distance ou grande randonnée (quelquefois appelé trekking même àvélo [9]).
  • voyage itinérant ou cyclo-camping (cyclo-campeur)...

Le vélo de randonnée peut être un vélo de route, un VTT (vélo tout-terrain), un VTC (vélo tout chemin), un vélo assis ou un vélo couché, une bicyclette ou un tricycle (appelé trike par leurs utilisateurs).

La randonnée àvélo se pratique seul, en famille ou en groupe, dans une structure organisée (club de cyclistes ou de cyclotourisme mais aussi établissements de loisirs). Certains emmènent même leur animal de compagnie. Dans le monde du cyclotourisme, il existe des structures, professionnels du cyclotourisme ou associations, qui proposent des séjour clés en main comme la FFCT   [10].


(Partie supprimée sur la page Wikipedia)

 Préparer son parcours

Il est toujours possible de partir àl’aventure. Lorsque le cyclotouriste est seul, cela n’engage que lui mais la plupart du temps, une randonnée àvélo s’effectue en famille ou en groupe. Il vaut mieux alors préparer le parcours du jour [11]. La préparation peut sembler très proche de celle du voyage àvélo2 mais est beaucoup moins contraignante puisqu’elle ne concerne qu’une demie ou une journée.

C’est bien entendu le niveau des participants qui va sélectionner le parcours àretenir. Il existe quelques règles permettant d’éviter les erreurs les plus grossières.

Il est possible d’utiliser un logiciel calculateur d’itinéraires mais il faudra aussi apprendre às’en servir. Quelques calculateurs (logiciels àinstaller ou en ligne) : Géo Vélo, Via Michelin, Open Runner, Carto-Exploreur, Compe-Land, Gmap Pedometer (En)...

 Les critères de choix d’un parcours

On peut bien sà»r "partir àl’aventure" mais les débutants devraient s’abstenir pour ne pas se retrouver en situation inconfortable. Faire appel aux compétences d’un cycliste expérimenté ou d’un cyclotouriste reconnu est un bon moyen de se lancer dans cette activité.

  • « Le premier principe àrespecter est de ne pas être trop gourmand tant en distances qu’en difficultés  » [12].
    • Partir de la durée de la sortie plus que d’une distance àparcourir. Trente kilomètres est une distance qui effraie souvent alors que deux heures de randonnée sur les petites routes plates de Sologne permet de se lancer sur un tel itinéraire un peu plus rassuré (même si la distance finale est approximativement la même) [12].
    • Tenir compte du dénivelé et plus particulièrement de la pente et la longueur des côtes. Au-delàde 10% de pente ou d’une côte de plus d’un kilomètre, il faudra réduire la distance totale àparcourir. Le dénivelé total ne devrait pas amener àune pente moyenne de la sortie de plus de 3%. facile àréaliser dans les régions "plates", c’est une exigence plus difficile àmettre en Å“uvre en zone de montagne ou au cÅ“ur de la Bretagne par exemple.
  • C’est le cyclotouriste le moins expérimenté qui doit servir de référence. En effet, lorsqu’un enfant àvélo fait partie du groupe, il est généralement tenu compte àla fois de ses compétences techniques et de ses capacités physiques. Il en est de même avec les adultes peu expérimentés (àfortiori sans aucun expérience). Le parcours devra évidemment tenir compte du type de vélo des participants : vélo de route, VTC, VTT, vélo de ville
  • Prévoir des itinéraires de repli. En cas d’ennui mécanique ou de fatigue d’un participant, il est toujours bon de pouvoir rentrer rapidement en prenant un itinéraire plus court. Une carte routière (au 1/100000ème) de la zone parcouru en route ou une carte d’état major (au 1/25000ème) est donc indispensable.
  • Éviter les routes très fréquentées. Ne jamais prendre une route nationale par exemple et ni une route de moindre importance mais àla circulation importante.
  • Partir avec un vélo adapté et bon état. Un vélo adapté est un vélo dont la taille correspond au cycliste mais aussi adapté àla distance àparcourir. Ne pas prendre un BMX pour une randonnée de plus de vingt kilomètres ou un vélo de course au cadre en carbone pour emprunter des chemins caillouteux. Un vélo en bon état est un vélo aux pneus non usés, aux deux freins fonctionnels et comportant au moins un dérailleur arrière en état de marche.
  • Préférer un itinéraire balisé (voies vertes, grands itinéraires cyclables, parcours locaux spécifiques...)

 Quelques exemples

  • Pour une sortie familiale (les parents et les enfants), un itinéraire d’une vingtaine de kilomètres sur route ou sur chemins blancs avec peu de côtes àgrimper, est l’idéal. Surtout si un jeune enfant est porté dans un siège vélo ou dans une remorque pour enfant.
  • Pour une sortie VTT entre amis (groupe d’âges proches donc), une randonnée d’une quinzaine de kilomètres sur chemins sera appréciée surtout s’il existe quelque part le long du trajet, une zone un peu technique pour tenter quelques prouesses (ancienne carrière par exemple).
  • Pour une sortie de cyclotouristes qui pratiquent régulièrement le vélo, une soixantaine de kilomètres sur route ou une trentaine sur chemins est tout àfait envisageable.

 Réduire les risques au minimum

La pratique de la randonnée àvélo s’effectue sur les routes ou les chemins ouverts àtous. Voici quelques éléments pour réduire le plus possible les risques du partage de voies entre véhicules différents.

 la tenue des cyclistes

La tenue pourrait paraître anecdotique mais de nombreux éléments jouent sur la sécurité àvélo. Son principal rôle est de rendre le cyclotouriste visible par les autres usagers.

  • Des vêtements clairs : l’utilisation d’un gilet réfléchissant se justifie pleinement pour être vu même si son port n’est exigible que lorsque la visibilité est faible.
  • Les vêtements amples sont àproscrire parce qu’ils risquent d’être accrochés par les parties mécaniques du vélo (roues, pédaliers...) et entraîner une chute.
  • Lacets de chaussures non flottants : privilégier les bandes auto-agrippantes ou entrer les lacets dans la chaussure vers l’extérieur du vélo).
  • Pas de liens (bas de blouson par exemple) non attachés et pas d’écharpe libre (àrentrer sous un vêtement).
  • Le casque n’est obligatoire que pour les enfants de moins de 12 ans. Ce n’est pas un élément de sécurité mais il apporte une protection certaine en cas de chute tout comme les gants.

 la sécurité àvélo

  • La sécurité àvélo commence par un vélo en bon état : pas de jeu de direction, des pneus non usés et correctement gonflés, des freins (àpatins ou àdisques) efficaces, une sonnette ou un élément permettant d’avertir les piétons par exemple de l’approche d’un cycliste. Les novices peuvent utilement consulter l’article mécanique vélo (wikibook).
  • Le respect du code de la route est une nécessité et les bases doivent donc en être connues : le vélo est un véhicule. Il doit donc rouler àdroite, respecter les stops (vrai arrêt, pas de stop glissé), le feu rouge, prendre un rond-point àdroite (même pour tourner àgauche), se mettre en file indienne pour croiser ou pour être doublé...
  • Rouler en groupe (àpartir de deux) s’apprend aussi : rouler roue dans roue nécessite des compétences particulières (un espace conséquent est donc nécessaire entre deux vélos qui se suivent), apprendre àcommuniquer pour signaler les difficultés, s’arrêter sur des espaces le plus sécurisés possibles (pas sur la chaussée)...

 en randonnée àvélo

  • La position àvélo doit être confortable pour davantage de plaisir (la position de compétition est fatigante). La position classique ou la position dite "hollandaise" (le cycliste est plus droit sur le vélo) est une préférence individuelle et dépend aussi du vélo.
  • Le suivi de l’itinéraire est fortement conseillé : s’il a été bien préparé, il est aussi gage de sécurité parce qu’il évitera les lieux àproblème.
  • Le code de la route : àrespecter impérativement (la répétition devrait être un leitmotiv).
  • Surveillance réciproque : regarder le comportement des autres peut éviter quelques difficultés comme la fringale (difficile àidentifier tant qu’on ne l’a pas vécu) et lutter contre l’amour-propre qui ne veut, souvent, pas admettre l’apparition de la fatigue.
  • Manger et boire. Velocio qui a inventé le terme de cyclotourisme disait « boire avant d’avoir soif, manger avant d’avoir faim  ». Donc prévoir un en-cas et une boisson lors de la préparation.
  • Limiter sa vitesse maximale : lors des premières sorties, la forme physique apparente donne des ailes et amène souvent à"partir trop vite". 18 à20 km/h en attendant de mieux se connaître àvélo est une vitesse raisonnable sur route. A VTT, cela dépend beaucoup de la qualité du sol sur lequel on roule : descendre au-dessous de 10km/h en montant une forte pente n’est pas du tout déraisonnable.
  •  

 liens externes

 Organismes de références

  • Départements et régions cyclables : Le réseau des Départements & Régions cyclables
  • AF3V : Association Française pour le développement des Véloroutes et des Voies Vertes
  • FFCT (Fédération Française de CycloTourisme)

 Itinéraires et parcours

 Conseils pratiques


Voir en ligne : Wikipeddia : randonnée àvélo


Cette page pourrait faire partie du {{Portail|Bicyclette}} (https://fr.wikipedia.org/wiki/Proje...) Et de [[Catégorie:Randonnée|Cyclotourisme]] (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C..., https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C... sur Wikipédia.


[1« Paris – Avignon àvélocipède / 1865 – 2015  » (consulté le 14 mars 2016)

[2Première randonnée mondiale àbicyclette : le Paris-Avignon des frères Olivier et Georges la Bouglise 1865, 69590 Pomeys, dossier de La Vélocithèque N°54,‎ 2015

[3« France Vélo Tourisme  », sur http://www.francevelotourisme.com (consulté le 16 mars 2016)

[4Les pratiques sportives des français, ministère Jeunesse et Sport,‎ 2003

[5Les français et le vélo, Crédit Lyonnais,‎ 2006

[6Observatoire du sport, Fédération des professionnels du sport FPS/Ipsos,‎ 2007

[7Les français et la mobilité durable, CSA,‎ 2005

[8Pole Ressources National des Sports de Nature, Participation culturelle et sportive, INSEE,‎ 2006 (lire en ligne)

[9« Vélo trekking  » (consulté le 14 mars 2016) : « En famille, en duo ou entre copains, le trekking àvélo ne s’improvise pas que vous soyez tenté par une randonnée en pleine nature ou un road trip.  »

[10« Séjours Et Voyages  », sur FFCT (consulté le 10 mars 2016)

[11Emilie Darnaud, « Préparer l’itinéraire de votre voyage àvélo  », sur http://www.pratique.fr/ (consulté le 15 mars 2016)

[12Jean-Michel Richefort et Isabelle Gautheron, « Débuter en douceur  », sur ffct.org (consulté le 14 mars 2016)