Généalogie des MaLiBeLe
Les ancêtres ont fait ce que nous sommes. Mieux les connaître, c'est donc mieux nous connaître.
La citation du jour
L'homme qui sacrifie sa liberté au nom de la sécurité jette de la terre sur le rêve humain.  (Pierre Bordage )
La réflexion du jour
Les mots disent nos envies, nos espoirs, nos désirs quelquefois, nos souhaits, mais ils disent aussi nos angoisses, nos désespoirs parfois, nos refus, nos haines Mais l'absence de mots n'est pas le silence de l'expression car le corps parle lui aussi à sa manière.
Activités
bénévole - geek - cycliste (cyclotouriste) - généalogiste - photographe - collectionneur - écrivain - enseignant - autres (divers)
Les mots clés
dispo129 * dispo150 * dispo226 * dispo333 * dispo334 * dispo414
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

Reprendre sa généalogie à zéro ?

Mots clés : généalogiste

lundi 9 février 2015 , par Roland


Avec les articles sur ce thème (ces thèmes), je viens de découvrir qu’il existe deux grands types de généalogies en ligne. comme je ne sais pas encore comment les appeler, voici deux descriptions rapides :

  • la généalogie vérifiée et validée dans laquelle tous les évènements sont justifiés et sûrs.
  • la généalogie comme outil de recherche dans laquelle sont notées la moindre information, celle qui en est encore aux recoupements et aux contrôles mais qui contient aussi tout un ensemble d’éléments valides.

Mes arbres en ligne relèvent tous de cette dernière catégorie puisqu’ils annoncent que ce n’est qu’un état de mes recherches en cours.

Alors deux questions :

  • pourquoi reprendre à zéro une généalogie validée puisqu’il n’y a plus rien à trouver ? Pourquoi reprendre à zéro une généalogie en recherche puisqu’elle n’est pas terminée ? (dans ce dernier cas, ce pourrait être, peut-être, pour passer à une généalogie validée...?
  • la question à se poser ne serait-elle pas plutôt "Comment passer d’informations en construction à des évènements certains ?"

Reprendre à zéro ne serait donc utile que lorsque les recherches seraient devenues un gigantesque buisson d’épines impénétrable.

Plutôt que reprendre à zéro et refaire ce qui a été finalisé, ne vaudrait-il donc pas mieux s’interroger sur la/les bonne/s manière/s de prendre en compte les éléments incertains de ses recherches (chronologiquement, par sosa, par lieu, par évènement,...) ?

Et puis, comme le disent d’autres commentateurs, pourquoi perdre le plaisir de la sérendipité, de suivre un chemin hasardeux apparu par hasard, de prendre plaisir à "papillonner" d’un évènement à un autre ?

Références :