Généalogie des MaLiBeLe
Les ancêtres ont fait ce que nous sommes. Mieux les connaître, c'est donc mieux nous connaître.
La citation du jour
En France, la liberté d'expression n'est pas assez utilisée par ceux qui ont les moyens de s'en servir.  (Stéphane Charbonnier ou Charb )
La réflexion du jour
Ne pas avoir peur de la mort n'empêche pas d'appréhender le passage de la vie à la mort.
Activités
geek - cycliste - généalogiste - Savoir - lecteur - collectionneur - Philosophe - citoyen - marcheur - scripteur - Photographe - instituteur - enseignant en sciences - enseignant formateur - journaliste local - bénévole
Les mots clés
villes et villages * challengeAZ * ARHFa * webtrees * ancètre * vieux métiers * Histoire et histoires * ">1J1P * 1GM * geneatheme * PoilusVerdun * Gallica * généalogie * 1Ancetre * Sources * gedcom * état civil * archives
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

Grammaire généalogique : les lieux

Mots clés : villes et villages , généalogiste , webtrees

jeudi 30 avril 2020 , par Roland


Les lieux des évènements ne se notent pas n’importe comment en généalogie. Des règles existent même si la plupart relèvent d’un accord tacite des généalogistes. Mais, si tout le monde suivait ces quelques conseils, les recherches en seraient grandement facilitées.

Généralités

  • Les noms de communes s’écrivent en minuscules avec une initiale majuscule. Pour les noms composés, les mots sont séparés par un tiret (-) sauf après le premier mot si c’est un article (dans ce cas, le séparateur est une espace). On écrit donc "La Ville-Aux-Clercs", "Villeneuve-sur-Lot", "Ouroux-sous-le-Bois-Sainte-Marie".
  • Ne pas utiliser d’abréviation : donc, ne pas écrire "St" mais "Saint" comme dans "Saint-Michel-Loubéjou".
  • Les noms des lieux-dits s’écrivent aussi en minuscule avec une initiale majuscule (c’est un nom propre). Exemple "Magnagues" (c’est le village qui m’a vu naître mais qui n’est pas une commune).
  • C’est le n° INSEE   qu’il faut utiliser et pas le code postal bien moins précis. Deux systèmes coexistent actuellement : le n° INSEE   est l’élément qui suit le nom de la commune (séparateur : une virgule) et le n° INSEE   est accolé après le nom de la commune (séparateur : une espace). Exemple de ma commune natale : "Carennac, 46058, Lot, Occitanie, France" ou "Carennac 46058, Lot, Occitanie, France". J’ai choisi, à mes débuts, la deuxième option et ce serait un énorme travail que de passer à la première [1]
  • Toujours indiquer le département, la région et le pays d’appartenance.
  • Pour les anciennes communes, souvent appelées "communes disparues" alors que ce n’est que rarement le cas puisqu’elles subsistent dans les lieux-dits au moins, l’utiliser si elles disposent d’un numéro INSEE   sinon utiliser le nom de la nouvelle commune en indiquant le nom de l’ancienne comme un lieu-dit.
  • Les lieux-dits devraient être indiqués dans le champ adresse (norme Gedcom) ou en note adjointe à l’évènement et non dans la définition des lieux
  • N’indiquer les "communes nouvelles" que si, au moment de l’évènement, elles existaient déjà. C’est le même principe que pour les anciennes communes qui s’applique dans ce cas.
  • Inscrire toujours les communes avec la même orthographe (les orthographes anecdotiques peuvent être indiquées dans le champ "adresse" ou dans une note adjointe à l’évènement). Pour cela utiliser l’aide intuitive du logiciel de généalogie [2]
  • Utiliser le dictionnaire des lieux du logiciel de généalogie [3]
  • Utiliser l’aide à la saisie du logiciel [4]
  • Vérifier soigneusement la première saisie [5] d’un nouveau lieu et veiller par la suite à toujours utiliser la formulation retenue (l’aide intuitive du logiciel devrait aider).
  • Avant la Révolution, les lieux étaient basés sur les paroisses. Le consensus généalogique actuel semble pencher vers la non utilisation de ces paroisses si elles ne sont pas devenues des communes ou si elles ont changé de nom. Les noter dans le champ "adresse" ou dans une note associée au lieu de l’évènement
  • Pour les lieux étrangers, respecter les mêmes règles d’écriture : "Ville, Sous-Région, Région, Pays". Pour le cas où une donnée n’existerait pas soit répéter la précédente soit ne rien indiquer (solution à privilégier).
  • ...

Voir en ligne : Voir aussi


PS : cet article rédigé depuis quelques temps, dormait dans un coin (non mis en ligne pour un motif oublié). C’est la publication de geneanet.org, page citée en référence qui a réveillé ma mémoire.


[1Le logiciel webtrees permet les deux techniques.

[2...si l’aide intuitive existe bien sûr. C’est le cas pour webtrees.

[3...si le dictionnaire des lieux existe bien sûr. C’est le cas pour webtrees.

[4...si l’aide à la saisie existe bien sûr. C’est le cas pour webtrees.

[5Le logiciel webtrees permet de corriger en un seule fois toutes les saisies mal effectuées : cela s’appelle "corriger par lots".


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Brèves
30 janvier 2019 – Webtrees 1.7.12

La version 1.7.12 est sortie le 08/12/2018. Téléchargement : webtrees-1.7.12.zip https://github.com/…/re…/downlo... (31.2 Mb). La prochaine version (...)

11 janvier 2019 – Une personne = au moins une source

Comme aucune personne n’est "inventée" en généalogie, la découverte de son existence provient toujours d’une information. Cette information est une (...)

10 janvier 2019 – Validité des sources

niveau 1 = très fiable : état civil, BMS, actes notariés niveau 2 = à recouper : 2-1 : informations reçues par courriel 2-2 : web-sites (les relevés (...)