Mon cyclotourisme
Le tourisme à vélo c'est d'abord le plaisir; le sport ne vient qu'après (s'il vient...).

Accueil > Mon cyclotourisme > Les valises bleues > Jour après jour > Les valises bleues > Jour 6 : sur la route des navigateurs

De Saint-Apollinaire à Montmagny

Les valises bleues > Jour 6 : sur la route des navigateurs

dimanche 19 août 2018

Mots clés : cyclotourisme, Séjours à vélo

jeudi 11 octobre 2018, par Roland


 La randonnée

Briefing (mot non québécois) matinal.

Comme tous les matins, petit point d’information avec Gilles, le canadien et Gérard, le français. : consignes, itinéraire, repas, visites... Aujourd’hui, il fait beau. Alors, tout le monde (enfin presque) est attentif.

Wouaouh, quel emplacement pour une maison !

La route que nous empruntons domine le Saint-Laurent sur sa rive droite (ou rive sud). Une maison attire le regard et crée des envieux probablement au vu du panorama que ses habitants ont sous leurs yeux en permanence.

Loin du centre bourg mais les rues ne s’arrêtent ici que lorsqu’elles passent dans la commune voisine.

Juste après le vendeur des "pommes à chevreuil" (est-ce une espèce particulière ou est-ce pour nourrir les chevreuils ?), un joli "porte numéro de maison" avec un grand-bi pour faire plaisir aux cyclotouristes que nous sommes. Les maisons ont toutefois invisibles !
Renseignement pris au retour, Cyclotin apprend que les "pommes à chevreuil" servent aux chasseurs à appâter les chevreuils afin de pouvoir les tirer (chasser) plus facilement.

Si, si, ce sont bien des lamas !

Défilent ensuite des motards sur leurs grosses cylindrées. Ils semblent en voyage eux aussi. Plus loin, six longs bâtiments parfaitement alignés parallèlement à la route constituent une ferme mais cela ressemble davantage à une usine de production quelconque. Les yeux fureteurs de quelques-uns des cyclotouristes leur ont permis de découvrir... des lamas ! Un panneau, à l’entrée de la ferme permet de comprendre qu’ils sont élevés pour leur laine.

Sagement rangés, les vélos admirent l’enseigne de la ferme des Genest

Le groupe arrive à la halte annoncée à la ferme Genest : c’est à la fois une exploitation agricole, une ferme éducative (ou pédagogique), un lieu d’animation, un parc de loisirs, un musée... L’auto-cueillette y est possible. Ses concepteurs pratiquent l’agro-tourisme. Ils ont "toujours voulu que leurs visiteurs puissent aller et venir chez eux afin de renouer avec la nature". Pour en savoir davantage, consulter "La Ferme Genest : Une histoire de famille depuis plus de 6 générations".

Une bise madame ?

Rémi, le plus facétieux des cyclotouristes semble être tombé amoureux de l’aimable image qui accueille les visiteurs. Certains vont tout de suite visiter le magasin pendant que d’autres tentent de s’asseoir sur une chaise géante et que Cyclotin, toujours attiré par le monde agricole explore les anciennes machines de la ferme. Ces machines ressemblent étonnamment à celles sur lesquelles il œuvrait dans la ferme de son père, en France, il y a plus de cinquante ans.

Une chapelle classée monument historique autrefois trop près de la route

Après être reparti, la chapelle Notre-Dame-de-Grâce se dissimule dans un bouquet d’arbres. Cette construction est classée monument historique et relève du néogothique. Pour la petite histoire, comme elle était trop près de la route, elle fut déplacée d’une quinzaine de mètres et complètement restaurée en 1998.

La maison Paquet

Quelques kilomètres plus loin, une maison se cache derrière les frondaisons. Elle n’attirerait pas le regard si, au bord de la route, un (grand) panneau signalait une construction patrimoniale ou historique.

Un panneau d’informations comme il en existe tant le long de la route

Le panneau qui attire plus l’attention que la maison elle-même rappelle qu’ici vécut un personnage illustre... pour la région tout au moins. Le passé des québécois est court et permet à leur histoire de se focaliser sur les amérindiens (essentiellement du point de vue humain en raison du nomadisme de ces populations) ou sur les hommes et les femmes qui jouèrent un rôle dans la construction du Canada ou du Québec.

Dilemne : la piste est là-bas à gauche. Comment y va-t-on ?

Les voies cyclables sont très fréquentes au Québec. Généralement, elles longent les routes plutôt très fréquentées parce que plutôt rares (faible densité de l’infrastructure routière). Quelquefois, une piste cyclable est aménagée. Encore faut-il savoir la prendre surtout quand elle est à gauche. Le petit groupe de cyclotouristes semble quelque peu perplexe dans ce carrefour qui, au vu de son équipement, semble très fréquenté. Heureusement, les feux de circulation et la discipline des automobilistes québécois va beaucoup les aider à partir vers la piste cyclable, sur la gauche donc.

Un pont peut en cacher un autre

Après un entrelacs de voies, les cyclotouristes descendent une très forte pente (plus de 11% !) avec un virage à droite assez serré d’où un point de vue sur le Saint-Laurent permet de visualiser un pont suspendu complètement caché par un pont métallique qui dessine des figures géométriques dans le ciel juste au-dessus de l’horizon.

Sur la route des navigateurs

Ils sont sur "la route des navigateurs". Pourquoi s’appelle-t-elle ainsi ? Sans doute un peu en mémoire des "grands" navigateurs qui remontaient le Saint-Laurent pour explorer la région... Cette route démarre au lac Saint-Pierre, un lac que traverse le Saint-Laurent mais que nos voyageurs français ne verront pas puisque leur itinéraire passe beaucoup plus à l’intérieur des terres.

Couple de chardonnerets

Il n’est jamais facile de photographier des oiseaux surtout s’ils sont de petites tailles. En voir deux, peut-être un couple, dont un aux couleurs chatoyantes ravit autant Cyclotin que Cyclotine. C’est sûrement un chardonneret jaune.

Pas toujours facile de faire du vélo à deux... surtout côte à côte !

Au niveau des moulins de l’Etchemin, une pause dans un bar dédié aux cyclistes permettra d’essayer des vélos étonnants sortis d’imaginations fertiles.

Un héron peu sauvage ou habitué aux visiteurs

Quelques kilomètres plus loin, dans une zone un peu marécageuse près de la rive du Saint-Laurent, un héron isolé se laisse facilement photographier tout en restant sur ses gardes, l’œil très attentif à ces drôles de bestioles à deux roues sur la route là-haut. C’est sans doute un grand héron, l’une des douze espèces de héron qu’il est possible de rencontrer au Canada.

Le château-hôtel Frontenac, célèbre bâtiment de Québec.

Ils vont s’arrêter longuement en face de la ville de Québec, admirant le paysage et surtout l’imposant château Frontenac construit essentiellement en briques au dix-neuvième siècle qui est, en réalité, un hôtel de luxe. Il a été construit par une société de chemins de fer. La grosse tour centrale est relativement récente puisqu’elle fut construite dans les années 1920. D’emblée, cette bâtisse a voulu ressembler aux châteaux français et les tours rondes lui ont donné le cachet nécessaire à cette perspective. Nos cyclotouristes passeront une nuit à Québec sur le chemin du retour.

Une collection étonnante

La randonnée à vélo reprend avec son lot de surprises, de sites remarquables ou d’aménagement étonnant comme cette réalisation d’un muret uniquement avec des enjoliveurs de roues. Est-ce que ces "briques" ont été trouvées le long de la route empruntée par les cyclotouristes ?

La cascade du moulin de Vincennes

Ces derniers s’arrêteront manger une boîte à lunch dans le parc d’un moulin reconstitué. Les eaux qui faisaient autrefois tourner ses roues se jettent dans le Saint-Laurent par une petite cascade face aux chutes Montmorency (mais c’est un peu comme David face à Goliath). Cyclotin toujours intrépide a pris le temps de descendre la centaine de marche en bois pour voir la cascade depuis le bord du Saint-Laurent.

3 statues de bois au bord de la route

Il y avait bien quelques sculptures sur bois ici ou là mais voilà qu’au bord de la route, il est possible d’en voir de plus en plus.

Plus faciles à observer les maisons quand elles sont miniatures
L’église de Saint-Vallier
L’église de Berthier-sur-Mer

 Le mot québécois du jour

Blonde : Petite amie, petite copine Dans le sens de la vieille chanson française Auprès de ma blonde [qu’il fait bon, fait bon, fait bon...]... Ce terme désigne tant une fréquentation amoureuse frivole qu’une conjointe de fait ou une mère de famille sans mariage. (source : lexique du parler québécois)
Gilles, l’accompagnateur québecois parlait souvent de sa "blonde".

 Le panneau du jour

Sans commentaire

 L’itinéraire du jour

Sans le savoir, ils ont suivi le parcours des Anses en face de Québec (la ville) de l’autre côté du Saint-Laurent. Certains affirment que c’est la plus belle piste cyclable d’Amérique ! Pour en savoir un peu plus, il est possible de consulter ma page "Le parcours des Anses en quelques mots".

 Et le respect du programme ?

Le programme s’affichait comme chargé : Parcours des Anses, maison Alphonse Desjardins, le moulin de Beaumont, la chapelle à Bellechasse, chapelle réplique de celle de Lourdes, le manoir Couillard-Dupuis à Montmagny et le centre de migrations des oies blanches. Pas d’arrêt au moulin de Beaumont (à moins qu’on ne le leur ait pas dit !). Tout aussi discrets ont été la maison Desjardins, le manoir et les oies blanches. Ils ont pris leur boîte à lunch à Bellechasse près de l’église Notre-Dame-de-Lourdes. Leurs yeux ont tout de même vu beaucoup de paysages et leur mémoire s’est chargé de nombreuses photos pour alimenter le kaléidoscope de leurs souvenirs.


Toutes les photos de cette page ont été prises par Roland Bouat.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Site servant aussi de test à la mise en œuvre de certaines fonctionnalités (donc expérimental).