Généalogie des MaLiBeLe
Les ancêtres ont fait ce que nous sommes. Mieux les connaître, c'est donc mieux nous connaître.
La citation du jour
Il n'y a pas d'amour de vivre sans désespoir de vivre.  (Albert Camus )
La réflexion du jour
Personne ne peut longtemps lutter seul contre la douleur. C'est malheureusement ce qui a fait que certains ont utilisé la torture.
Activités
geek - cycliste - généalogiste - Savoir - lecteur - collectionneur - Philosophe - citoyen - marcheur - scripteur - Photographe - instituteur - enseignant en sciences - enseignant formateur - journaliste local - bénévole
Les mots clés
villes et villages * challengeAZ * ARHFa * webtrees * ancètre * vieux métiers * Histoire et histoires * ">1J1P * 1GM * geneatheme * PoilusVerdun * Gallica * généalogie * 1Ancetre * Sources * gedcom * état civil * archives
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

  Sommaire  

 Marché

Ce que nous appelons "marché" était appelé "foire" lorsque j’étais enfant sur le causse du Haut-Quercy. On y trouvait les étals des commerçants mais aussi les stands plus petits de ceux que maintenant on appelle les "producteurs de pays". Et puis, il y avait les marchés aux bestiaux : les cochons d’un côté, les ovins ailleurs, les bovins par làet enfin la volaille.

Ma mère vendait quelquefois au stand des volailles, des animaux qu’elle avait soigneusement préparé. J’aimais assister aux échanges entre l’acheteur et la vendeuse. Il y avait beaucoup de non-dits que je ne saisissais pas et qui, en altérant ma compréhension des échanges, ajoutaient un parfum de mystère que j’aimais bien.

Mais le marché que je préférais était celui des moutons : on y trouvait des agneaux engraissés pour ravir les papilles des amateurs, des brebis en petits nombre pour compléter un troupeau, quelques béliers pour les échanges et éviter la consanguinité et des agnelles (très jeunes brebis) pour le renouvellement du troupeau de brebis. Les barrières de bois étaient en place très tôt le matin et il fallait venir avant l’ouverture officielle pour transférer les animaux des bétaillères vers les parcs. Venait ensuite l’attente et le passage des maquignons qui repéraient les animaux qui les intéressaient en attendant la cloche qu allait lancer les marchandages. Il y avait bien, déjà, quelques échanges et quelques réservations (on n’avait pas, ainsi, trop l’impression d’enfreindre la loi). Avec le tintement aigrelet, une vague semblait parcourir le foirail avec les acheteurs qui allaient rapidement vers les emplacements repérés. Ces premiers marchandages étaient rapides, précis et se concluaient très vite par la poignée de main qui valait tous les contrats. Je préférais les échanges suivants avec les atermoiements des uns et des autres : cela faisait partie de la négociation. Il y avait aussi ces petites compensations quasiment indétectables mais dont tout le monde connaissait l’existence : un prix annoncé àvoix haute qui n’était pas le prix payé mais qui tentait de faire bouger le cours du marché, une promesse qui serait tenue bien sà»r mais qui permettait àl’un ou àl’autre d’être un peu plus serein pour les jours ou les semaines àvenir, de faux accrochages verbaux qui ne masquaient qu’un désaccord provisoire, souvent de quelques centimes.
Petip àpetit les "biaudes" noires (espèce de tabliers) des professionnels disparaissaient et la place retrouvait peu àpeu sa quiétude et sa tranquillité. Il restait quelquefois des invendus d’un propriétaire trop exigeant. Mais les camions en cours de chargement témoignaient que, comme d’habitude, la plus grande partie des animaux avaient été échangés. Beaucoup partaient pour l’abattoir. Les autres étaient chargés dans les bétaillères et changer ainsi de ferme.

Le brouhaha s’apaisait et je rejoignais mon père pour rentrer dans notre ferme là-bas loin, sur le causse tout en souhaitant aller àla prochaine foire àGramat (celle que je préférais), àVayrac ou àSaint-Céré.

 Marche

Conduire un troupeau de moutons m’a très tôt fait marcher, beaucoup mais je crois que c’est aussi le plaisir que je prenais àfaire les deux kilomètres pentus qui me séparaient de l’école qui m’ont donné l’amour de la marche. J’aime marcher de quelques kilomètres a de longues distances àtravers la campagne, dans les chemins plus ou moins larges vers de nouveaux horizons. Je marche plutôt vite, plutôt longtemps et surtout, plutôt silencieusement. Même si j’aime le silence, c’est surtout pour les découvertes que cela implique fréquemment : les activités des êtres humains (avec quelques situations cocasses et même quelquefois scabreuses), les comportements naturels des animaux qui ne subissent que les contraintes habituelles et normales, les bruits comme les cris ou les chants qui enrichissent ce silence.

J’aime marcher et je redoute toujours que mon ménisque fendu par trop d’activités sportives ne réveille la douleur du genou qui me contraint àrester immobile.

 Moine

Le moine n’est pas du tout celui auquel tu penses, ami lecteur. C’était autrefois un ustensile bien utile dans nos maisons mal chauffées. Cette cage de bois dans laquelle on suspendait un récipient rempli de braises servait àréchauffer le lit glacé dans lequel nous allions nous coucher. J’aimais beaucoup le contraste de l’air froid de la chambre jamais chauffée dans laquelle je couchais et les rudes draps àla douce chaleur. Morphée me prenait rapidement et je ne saurais dire si c’était la fatigue de la journée ou ce confort tout relatif qui m’envoyait au pays des songes.

Le moine était donc comme une chaufferette spécialisée, une bouillote àbraises et sans eau... Quelquefois, nous la remplacions par une brique sur laquelle nous appuyions nos pieds : elle avait été préalablement chauffée dans la cheminée et emmaillotée d’un vieux chiffon.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Brèves
30 janvier 2019 – Webtrees 1.7.12

La version 1.7.12 est sortie le 08/12/2018. Téléchargement : webtrees-1.7.12.zip https://github.com/…/re…/downlo... (31.2 Mb). La prochaine version (...)

11 janvier 2019 – Une personne = au moins une source

Comme aucune personne n’est "inventée" en généalogie, la découverte de son existence provient toujours d’une information. Cette information est une (...)

10 janvier 2019 – Validité des sources

niveau 1 = très fiable : état civil, BMS, actes notariés niveau 2 = à recouper : 2-1 : informations reçues par courriel 2-2 : web-sites (les relevés (...)