Généalogie des MaLiBeLe
Les ancêtres ont fait ce que nous sommes. Mieux les connaître, c'est donc mieux nous connaître.
La citation du jour
Voulez-vous qu'on dise du bien de vous ? N'en dites point.  (Blaise Pascal )
La réflexion du jour
Palindrome : "I am stressed" et c'est peut-être pour cela que j'aime les desserts !
Activités
geek - cycliste - généalogiste - Savoir - lecteur - collectionneur - Philosophe - citoyen - marcheur - scripteur - Photographe - instituteur - enseignant en sciences - enseignant formateur - journaliste local - bénévole
Les mots clés
villes et villages * challengeAZ * ARHFa * webtrees * ancètre * vieux métiers * Histoire et histoires * ">1J1P * 1GM * geneatheme * PoilusVerdun * Gallica * généalogie * 1Ancetre * Sources * gedcom * état civil * archives
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

Histoire (la grande) et histoires (les petites) jalonnent la vie de nos ancêtres. Si la grande est facile à reconstituer, les petites font fréquemment appel à l’imagination.

 Qui ?

Chacun à une histoire. Pour la plupart d’entre nous comme pour nos ancêtres, cette histoire personnelle n’est qu’une petite histoire jalonnée par la "grande histoire", celle qui ne concerne plus les individus mais les peuples ou à tout le moins les communautés. A travers ces "petites histoires" nous recherchons nos aïeux   dans les méandres des traces que chacun laisse.

 Quoi ?

Chacun à une histoire. Les généalogistes tentent d’en reconstituer une partie. Mais plus cette histoire est personnelle plus il est difficile de la (re)découvrir quand elle n’est pas liée à la "Grande histoire" des peuples du monde. Sur ces chemins de l’invisible, le moindre indice est un petit caillou que, tel le Petit Poucet, nous recherchons inlassablement.

 Où ?

Chacun à une histoire. Elle est inscrite dans la vie des peuples à travers les traces architecturales et écrites. Encore faut-il que les constructions humaines n’aient pas été par le temps quand ce n’est pas par l’être humain humain lui-même... Encore faut-il que l’écrit soit d’une utilité certaine à la vie quotidienne parce que, si l’écriture existe depuis plus de 2000 ans, elle ne relate les histoires personnelles qu’un tout petit nombre de personnes durant la plupart des siècles. De nos jours, c’est un peu l’inverse, les traces écrites sont noyées dans la trop grande quantité. De nos existent aussi, les traces sonores et/ou imagées (animées ou non). Reste à savoir qi elles seront/resteront accessibles...?

 Quand ?

Chacun à une histoire. Depuis le XVIIème, des bribes existent pour tous dans les documents officiels que sont les actes religieux puis civils. De nos jours, avec la protection de la vie privée, ces mêmes documents deviennent quasiment inaccessibles. Reconstituer la vie d’un ancêtre ayant vécu au XXème siècle est fréquemment plus difficile que celle de celui qui a vécu au siècle précédent.
Et puis, ces recherches temporelles prennent du temps, beaucoup de temps, énormément de temps quand on vise à être un peu rigoureux et fiables. Et même dans ce cas...

 Comment ?

Chacun à une histoire. Elle figure ici ou là, dispersée. Il faut lire et relire, comparer et recouper, douter et contester... Tout commence par la collecte. Vient ensuite le traitement. Enfin, nous pensons arriver à des certitudes qui s’avèrent trop souvent pas aussi fiables qu’espérées. Certains vont jusqu’à utiliser l’analyse ADN... Ils retrouvent ainsi de lointaines parentés possibles mais jamais certaines, quelquefois des parentés proches mais méconnues, le plus souvent des ancêtres qui n’en sont pas vraiment... Quoique dans ce dernier cas, chacun s’interroge sur la priorité à donner soit au cheminement biologique soit au cheminement éducatif. Saurons-nous un jour lequel est celui qui nous détermine le plus ?

 Pourquoi ?

Chacun à une histoire. Les généalogistes qui tentent de la reconstituer se voient souvent demander "mais à quoi cela peut-il bien te servir ?" . D’autres, peut-être les mêmes, se font rappeler à l’ordre : "Tu ferais mieux de laisser enterrer ces vieilles histoires qui pourraient amener des tensions difficiles à vivre ou des liens difficiles à accepter."
Ils ont beau jeu de répondre : "connaître son passé et l’histoire de ses ancêtres est une manière de mieux me connaître". Le doute subsiste ou s’insinue s’il n’était pas déjà présent.


L’Histoire (la grande) doit aussi être connue parce qu’elle joue toujours un grand rôle dans les histoires (les petites). Superposer les évènements historiques et la ligne de vie d’un ancêtre permet, bien souvent, de comprendre ces choix. L’exemple le plus criant est celui de cet ancêtre des MaLiBeLe   en Saône-et-Loire qui est mort écrasé par une charrette le 14 juillet 1789 sur la place de la Bastille à Paris. Je ne sais ni ce qu’il faisait là ni dans quel camp il était mais il était un simple cocher et ce 14 juillet est marqué à jamais dans l’histoire du monde. Ne parlons pas de nos ancêtres morts à cause de la guerre parce qu’ils étaient soldats ou parce qu’ils étaient sur les lieux des combats.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Brèves
30 janvier 2019 – Webtrees 1.7.12

La version 1.7.12 est sortie le 08/12/2018. Téléchargement : webtrees-1.7.12.zip https://github.com/…/re…/downlo... (31.2 Mb). La prochaine version (...)

11 janvier 2019 – Une personne = au moins une source

Comme aucune personne n’est "inventée" en généalogie, la découverte de son existence provient toujours d’une information. Cette information est une (...)

10 janvier 2019 – Validité des sources

niveau 1 = très fiable : état civil, BMS, actes notariés niveau 2 = à recouper : 2-1 : informations reçues par courriel 2-2 : web-sites (les relevés (...)